LETTRES AUX ELUS ET AUX POUVOIRS PUBLICS

Ci-dessous, trois courriers. Un au procureur de la République, deux à des élus. (Le premier n'est pas de moi mais est exemplaire.)

Collectif POUR LA VIE - Bourgogne
Pour une entrée de la conscience dans les actes publics
         
Objet : Plainte contre X


Monsieur le Procureur,

Nous,
citoyens français dont liste jointe, avons constaté que depuis la mise en service d’émissions du type WIMAX dans la proximité de nos résidences, et ceci sans aucune des informations publiques dues à la population dans un régime démocratique, les attaques de notre Santé, déjà importantes du fait de la Téléphonie Mobile, se sont encore aggravées.
Ces attaques entraînent un affaiblissement général et des perturbations des fonctions physiologiques et cognitives, ainsi que des douleurs fréquentes et parfois continues, fortes et invalidantes, avec graves troubles du sommeil. Nous avons connaissance du fait que d’importants et nombreux travaux scientifiques, publiés et non contestés, présentent comme entièrement prouvée la nocivité sanitaire des émissions de Téléphonie Mobile et de son groupe technologique.

Certains d’entre nous, chez qui les perturbations de santé ont des effets plus aigus, ont appris par consultation médicale qu’ils sont victimes d’une pathologie émergente.
Dont il existe deux niveaux d’acuité :
- l’affection E.H.S. – ElectroHyperSensibilité
- l’affection S.I.C.E.M. – Syndrome d’Intolérance aux Champs Electromagnétiques.
Nous sommes informés que les médecins spécialistes notent une très rapide extension de ces pathologies dans l’ensemble de la population.
Un Rapport parlementaire publié sous l’autorité du Sénateur RAOUL valide les travaux de l’ARTAC, conduits par le Professeur BELPOMME, qui définissent l’identité médicale de ces formes d’agressions de la Santé, et confirment que la causalité n’en est aucunement psychologique mais tient aux conséquences des émissions d’hyperfréquences pulsées produites par le Groupe technologique de la Téléphonie Mobile, dont le WIMAX fait partie.
Nous avons noté que Madame Roseline BACHELOT, Ministre de la Santé, dans une déclaration
publique, a reconnu l’existence médicale de l’Electrosensibilité et en a conclu qu’une assistance était due aux victimes.

En dehors de cette prise de position gouvernementale, les opérateurs comme tout citoyen ont accès à de multiples sources scientifiques non contestables et non contestées.
Il existe en particulier divers sites WEB bien documentés.
Dans de telles conditions, ne tenir aucun compte de ce foisonnement d’informations qualifiées sur les tortures infligées, alors que sont connues les solutions alternatives non nocives, témoigne, une fois de plus, de la part des opérateurs, d’un mépris massif de la population.
Il ne relève d’aucun code écrit.
En revanche, diffuser des substances déclarées nuisibles par plus de 1.500 travaux scientifiques internationaux publiés [http://www.bioinitiative.org/report/index.htm], ce qui est le cas des émissions d’hyperfréquences pulsées produites dans le cadre du Groupe technologique de la Téléphonie Mobile, et ceci sans qu’ait été fournie aucune information publique sur les tests sanitaires autorisant une mise sur le marché sans risque pour la Santé, comme cela est par exemple obligatoire pour les produits
pharmaceutiques, est en infraction :
- avec la loi du 12 Juillet 2010
  portant engagement national pour l’environnement, et qui traite entre autres de la protection
  électromagnétique des enfants [Article 183 de ladite Loi n° 2010-788],
- avec l’Arrêt du Conseil d’Etat en date du 19 Juillet 2010 [Annexe 3]
  qui confirme la pleine application du Principe constitutionnel de Précaution à la Téléphonie Mobile et a pour conséquence la suspension de mise en œuvre tant qu’un risque avéré, il l’est pleinement, n’a pas été validement reconnu infondé, ce qui n’est pas le cas.
La diffusion de telles émissions montre en outre que sont tenues pour négligeables des règles qui sont des fondements et des conditions de la vie sociale, nous en citons quelques unes, et illustre par là qu’un
comportement dont les références sont exclusivement économiques est par nature asocial.


     Règles générales prescrites par des Institutions Européennes

A- Constitution Française
      Charte de l’Environnement
 Article 1
 « Toute personne a le droit de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la Santé ».
 Dans le cas des émissions nocives sont bafoués :
 Le principe de prévention, principe selon lequel il est nécessaire d’éviter ou de réduire les dommages liés aux risques avérés d’atteinte à l’environnement, en agissant en priorité à la source et en recourant aux meilleures techniques disponibles. [Source : legifrance.gouv.fr, JORF n° 0087 du 12 Avril 2009, page 6438, texte n° 38] ; mais surtout le principe de précaution, principe selon lequel l’éventualité d’un dommage susceptible d’affecter l’environnement de manière grave et irréversible appelle, malgré l’absence de certitudes scientifiques sur les risques encourus, la mise  en œuvre de procédure d’évaluation des risques et l’adoption de mesures provisoires et proportionnées au dommage envisagé.

 Article 7
 « Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d’accéder aux informations relatives à l’environnement détenues par les autorités publiques et de participer a  l’élaboration des décisions publiques ayant une incidence sur l’environnement ». Cette prescription, fort claire, est intégralement ignorée par la totalité des participants aux décisions touchant ces émissions. Les informations sont tronquées, déformées, dissimulées au maximum.Pour les émissions de tout ce groupe technologique, on se trouve dans une sorte de clandestinité publique.

B- Convention Européenne des Droits de l’Homme
 Article 2
 Garantie du droit à la vie que détient toute personne.
 La jurisprudence dynamique de la Cour de Strasbourg estime dans son arrêt Streletz, Kessler et Krentz c/Allemagne rendu en Grande Chambre le 22 Mars 2001 que ce droit constitue un « attribut inaliénable de toute personne humaine » qui dispose d’ « une valeur suprême dans l’échelle des droits de l’homme au plan international ». Le respect de ce droit individuel implique la prise de mesures visant précisément à le garantir.

 C- Conseil de l’Union Européenne
 Recommandation du 12 Juillet 1999 relative à la limitation de l’exposition du public aux champs électromagnétiques [Annexe 4]
 « Il est impératif de protéger le public dans la communauté contre les effets nocifs avérés pour la Santé qui peuvent survenir à la suite d’une exposition aux champs électromagnétiques ».

D- Code de la consommation
 Article L111-1
 « Tout professionnel vendeur de biens ou prestataire de services doit, avant la conclusion du contrat, mettre le consommateur en mesure de connaître les caractéristiques essentielles du bien ou du service ».
 Prescription tout aussi intégralement ignorée que l’Article 7 de la Charte de l’Environnement.
 Pour les praticiens de la Société industrielle à tropisme financier, la fonction de la Réglementation est décorative et la démonstration en est permanente.

En dernier lieu, ce type d’émissions relève des articles suivants :

E- Code de l’Environnement
     relatif aux pollutions atmosphériques
 Article L226-9
 traitant des pollutions atmosphériques.
 La pollution de l’air est considérée comme une atteinte aux droits fondamentaux.

F- Code Pénal
 Article 222-15
 concernant l’administration de substances nuisibles
 La jurisprudence pénale entend largement la notion d’administration de substance nuisible. En ce sens l’arrêt de la chambre criminelle du 10 Mai 1972 considère qu’il y a substance nuisible dès l’instant où est démontré le caractère nuisible à la Santé de la substance administrée, et que ce caractère nuisible est connu du prévenu. De nombreux rapports scientifiques, dont le plus important, le rapport BIOINITIATIVE d’Août 2007, référencé à plus de 1500 études internationales publiées et non contestées, correspondant à dix ans d’activité scientifique mondiale, présentent comme entièrement prouvée la nocivité sanitaire des émissions de Téléphonie Mobile et de son groupe technologique. Il n’existe aujourd’hui aucun scientifique, dont l’indépendance garantisse la crédibilité, qui puisse affirmer leur pleine innocuité.


 Notes :

 1- Caractère nuisible de la substance
     Il ressort de multiples travaux scientifiques publiés et non contestés, les faits suivants.
     L’exposition à des ondes électromagnétiques de champ supérieure à 0,6 V/m (Volt par mètre)
     - modifie l’expression des gènes et des protéines,
     - déclenche la production de protéines de stress,
     - abaisse le niveau d’étanchéité de la barrière sang-cerveau dans les parois des vaisseaux
        sanguins du cerveau, Ce qui entraîne des passages de toxines dans le cerveau.
     - abaisse le niveau de production de la mélatonine. Ce qui perturbe divers équilibres
       physiologiques primaires, dont celui du sommeil,
     - perturbe les régulations membranaires des cellules et par là les fonctions vitales
       intracellulaires et intercellulaires,
     - provoque des dommages génétiques par ruptures non réparables de l’A.D.N., point de départ
       des cancérogenèses.

          Les augmentations statistiques constatées à proximité des émetteurs concernent :
  • des cancers de la tête – Tronc cérébral et neurinome acoustique,
  • des cancers du système endocrinien – Thyroïde et pancréas,
  • des cancers des liquides  - leucémie, cancer du sang,
      - lymphome – Système lymphatique.
       On note également une augmentation des cancers du sein.
     - provoque des perturbations physiologiques du système nerveux conduisant à des troubles du
       comportement et des fonctions cognitives,
     - accroît rapidement le nombre de cas de la maladie d’Alzheimer.
 
 2- Administration de la substance
     Les ondes électromagnétiques utilisées par la technologie de la téléphonie mobile peuvent être  considérées comme le véhicule des communications, en lieu et place des fils utilisés par la   téléphonie fixe. Si l’utilisation d’un téléphone portable, et donc l’exposition à son champ   d’émission est un acte choisi par une personne pour le temps de ses conversations    téléphoniques, l’exposition aux divers types d’émissions du groupe technologique n’est pas  choisie mais subie, de manière constante, 24h/24 et 7 jours sur 7.

 Article 622-1 et 625-3
     Au vu des travaux scientifiques menés au plan international et concrétisés dans le Rapport    BIOINITIATIVE d’Août 2007, l’exposition continue à des ondes électromagnétiques émises à   des niveaux d’exposition supérieurs à 0,6 V/m - Volt par mètre – peut être cause des problèmes   de santé cités ci-dessus. Ces ondes circulent jusqu’au sein même des domiciles des personnes.  Ainsi entendu les ondes électromagnétiques peuvent constituer une source de pollution  atmosphérique en ce qu’elles ont des conséquences préjudiciables de nature à mettre en danger   la Santé humaine.

 Articles L223-1 – L223-2 et suivants
     Mise en danger d’autrui.

 Article L223-6
     Non assistance à personne en péril.

 Article L225-1
     Discrimination de traitement.

Par ces motifs :
- nous considérons établi sur le plan scientifique et validé par un Rapport Parlementaire le fait que de graves incapacités sont causées par ce type d’émissions à tous ceux qui y sont exposés et que les plus  fragiles, nommés Electrosensibles, sont victimes de problèmes de santé de haute gravité.  Ce qui est un trouble manifeste de l’ordre public.

- nous voyons également une autre forme de trouble de l’ordre public dans le fait que de simples acteurs économiques se permettent d’organiser une sorte de clandestinité publique et de refuser aux citoyens  traités en mineurs, les informations techniques réelles sur les dangers graves auxquels ils les exposent alors que ne sont en cause que de banals intérêts privés et non l’utilité publique.

- nous suggérons que soit posée aux responsables des émissions la question de la responsabilité.
  Prendront-ils la charge de toutes conséquences dès que la causalité sera officiellement reconnue ?
  Une réponse négative établirait clairement que l’exposition aux risques est unilatérale.

- en conséquence, nous formulons plainte.
  Et nous demandons que toutes dispositions soient prises d’urgence pour en faire cesser la cause, c’est-à-  dire les émissions WIMAX.  Notamment par interventions auprès des diverses parties signataires des contrats concernés.

  Précisons que cette demande ne comporte aucun problème technique.
  Le remplacement de la distribution aérienne par la distribution filaire qui, elle, ne pose aucun problème  sanitaire, est techniquement simple. La distribution du territoire en fibre optique est déjà réalisée à 98%. Et pour les fins de réseaux en fibre optique aérienne les supports sont déjà en place presque partout.

Nous,
Citoyens français dont liste n° 2 est jointe,
qui ne sommes pas des plaignants de la Région Bourgogne, mais qui sommes informés que du fait de l’épidémie technologique hertzienne la menace est générale, nous nous associons pleinement à la démarche du Collectif POUR LA VIE.

Annexes :
1- Résumé du Rapport BIOINITIATIVE : http://www.bioinitiative.org/report/index.htm
 Plus lien sur texte européen daté du 12/07/1999 :
 http://europa.eu/legislation_summaries/public_health/health_determinants_environment/c11545_fr.htm
 Ce Rapport international et récapitulatif de dix ans d’activité scientifique mondiale expose que
 l’attaque de la santé est entièrement prouvée sur le plan scientifique.
2- Publication de l’ARTAC en date du 16/12/2009
 Cette publication expose l’identité médicale pleinement spécifique de l’E.H.S. -
 ElectroHyperSensibilité – et du SICEM – Syndrome d’Intolérance aux Champs
 Electromagnétiques.
 Y sont joints des extraits du Rapport Parlementaire qui valide la publication de l’ARTAC
 http://www.assemblee-nationale.fr/13/cr-oecst/syntheseTHT.pdf
 http://www.assemblee-nationale.fr/13/rap-off/i1556.asp
3- Résumé du Jugement de BRESCIA, Italie.
 Par ce Jugement, une Cour d’Appel, validant un rapport d’expertise judicaire, déclare que la
 Téléphonie Mobile est cancérigène : http://www.robindestoits.org/_a1039.html
4- Trois Jugements de condamnation des opérateurs par des Cours françaises présentées par les
résumés de l’Association Nationale Robin des Toits :
 Cour d’Appel de Versailles - Jugement du 04/02/2009 - http://www.robindestoits.org/_a721.html
 Tribunal Grande Instance Carpentras-Jugement 16/02/2009 : http://www.robindestoits.org/_a736.html
 Jugement de Créteil du 11/08/2009 : http://www.robindestoits.org/_a942.html
5- L’Arrêt du Conseil d’Etat du 19/07/2010 qui confirme que le Principe constitutionnel de
Précaution s’applique pleinement aux émissions de la Téléphonie Mobile, même en l’absence de
tout texte spécifique : http://arianeinternet.conseil-etat.fr/arianeinternet/getdoc.asp?id=107779&fonds=DCE&item=1
6- Ouverture de la déclaration publique de Madame Roselyne BACHELOT, Ministre de la Santé en
date du 23/04/2009 : http://www.sante-sports.gouv.fr/IMG/pdf/Dp_radio_frequence_230409-DEF.pdf
 http://www.sante-sports.gouv.fr/table-ronde-sur-les-radiofrequences-discours-de-roselyne-bachelot-narquin-jeudi-23-avril-2009.html?
7- Panorama territorial de la débâcle Wimax : http://www.robindestoits.org/_a1153.html
8- Document général sur le BioElectroMagnétisme –Bibliographie essentielle et panorama thématique.
9- Téléphonie Mobile – Résumé avec Trousse traitant tous les sujets touchant les émissions
d’hyperfréquences pulsées, téléphonie mobile et sans-fils, et Trousse d’action comportant un
rappel de l’appartenance du WIMAX au groupe technologique de la Téléphonie Mobile.


Plus bas, deux lettres à des élus. Si elles peuvent vous servir, n'hésitez pas à en utiliser des bouts ! Au besoin, si vous êtes motivés, je peux vous aider.

1. MILIEU URBAIN

Marine Richard
2 place X
13002 Marseille
 à Madame le maire du 2e arrondissement de Marseille
Mairie
2 place de la Major
13002 Marseille

R, le 11 février 2011


Chère Madame,

Ecrivain, je suis arrivée à Marseille en 2005, où j’ai décidé en 2008 de m’installer durablement en achetant un appartement au dernier étage d’un magnifique ensemble que vous connaissez sûrement, le Domaine de l’A, en lisière du Panier.
Malheureusement, depuis quelques mois, j’ai dû abandonner mon logement, ayant développé un Syndrome d’Intolérance aux Champs Electro-Magnétiques (SICEM, voir document de l’ARTAC, ci-joint). Le SICEM, reconnu dès les années soixante par l’armée comme le « syndrome des micro-ondes » (voir document de Next-up, ci-joint) et également appelé EHS (ElectroHyperSensibilité), est de plus en plus répandu dans les pays développés. Au point qu’une extrapolation des études épidémiologiques des vingt dernières années laisse craindre que 50 % de la population seront atteints en 2017 (voir document de l’ARTAC, ci-joint). Ce syndrome implique l’apparition de symptômes handicapants pour les personnes touchées, et ce en présence de certaines fréquences, en particulier celles émises par les moyens de télécommunication sans fil (téléphonie mobile, wifi, DECT).

Selon plusieurs médecins mon intolérance aux champs électromagnétiques s’est très probablement déclarée en raison du nombre et de la puissance des antennes de téléphonie mobile implantées près de chez moi : on compte dans un rayon de moins de deux cents mètres de mon appartement et à sa hauteur quatre « stations de base » pour un total de treize antennes, à quoi il faut ajouter les onze réseaux wifi du voisinage qu’on capte très bien à l’intérieur de mon logement.

Le SICEM n’est pas encore reconnu en France bien que le Professeur de Médecine Environnementale Dominique Belpomme ait mis en place des moyens de le diagnostiquer de manière certaine et qu’il ait fait à ce sujet une déclaration au Sénat, accompagné par trois autres scientifiques européens de renommée internationale, au cours de laquelle il a rappelé que la réglementation française ne protège pas les citoyens et qu’il est urgent de commencer à respecter le principe de précaution dans ce domaine, notamment en ce qui concerne les enfants.
L'EHS est reconnu par l’Organisation Mondiale de la Santé. Des pays comme la Suède, l’Allemagne et la Grande-Bretagne l’ont classé comme handicap.

Ce syndrome génère un certain nombre de perturbations physiologiques, à commencer par une baisse des défenses immunitaires, une fatigue chronique, un stress oxydatif, de violents maux de tête, des pertes de la mémoire de fixation, des éruptions cutanées... (voir documents joints), et à plus long terme, un grand nombre d’études montre qu’il peut déboucher sur des pathologies graves du cerveau ou du système nerveux, entre autres.
Contrairement à ce qu’affirment les opérateurs de téléphonie, ces risques sont avérés scientifiquement (voir par exemple le résumé du rapport Bio-initiative joint). Le Parlement Européen lui-même considère les normes actuelles comme obsolètes et s’inquiète de l’impact sanitaire des technologies sans fil (résolution du 4/09/2008). Dans un tout autre registre, les assurances aussi s’inquiètent puisqu’elles excluent dorénavant les risques liés aux champs électromagnétiques.

Etant membre de deux associations nationales qui traitent de ces questions (PRIARTEM - Pour une Réglementation des Implantations d’Antennes Relais de la Téléphonie Mobile et Robin des Toits), je tiens à votre disposition toute la documentation scientifique internationale qui vous serait nécessaire pour vous faire une opinion et je peux vous mettre en contact avec des scientifiques spécialistes de ces questions.
Etant donné que le pays dans sont entier va très bientôt être « couvert » par la téléphonie mobile et certaines zones rurales par le wimax (wifi très haut débit), il est de plus en plus difficile, voire quasiment impossible, pour les personnes atteintes du SICEM de trouver des zones où se réfugier pour permettre à leur organisme de se restaurer. Heureusement, des villes comme Bordeaux ont amorcé une prise de conscience et ont commencé à appliquer une réglementation plus stricte, notamment à proximité des écoles et des hôpitaux (voir arrêté municipal du maire, M. Alain Juppé). Cependant pour les personnes déjà atteintes du SICEM, c’est malheureusement trop tard, car elles deviennent sensibles à des émissions de plus en plus faibles au cours du temps.
Personnellement, j’ai dû quitter en hâte mon logement depuis plusieurs mois, alors même que nous venons d’engager une rénovation du bâtiment de grande ampleur qui lui redonnera tout son charme, et abandonner mes activités pour quitter Marseille afin de trouver refuge dans une zone moins polluée par les champs électromagnétiques artificiels. Si la situation du quartier n’évolue pas, je devrai définitivement quitter mon appartement pour préserver ma santé, ce que je déplorerais profondément, étant intégrée à la vie locale et aimant mon quartier et ma ville.

Je tenais à ouvrir un dialogue avec vous sur ces questions parce qu’il me semble de mon devoir de citoyenne de vous informer, afin que dans une démarche de prévention des risques sanitaires encourus par la population (ainsi que la faune et la flore), vous disposiez des informations nécessaires à des prises de décision en termes de normes d’implantations d’antennes relais de téléphonie mobile qui respectent la santé de vos administrés.

Dans l’attente d’une réponse de votre part, je vous prie d’agréer, Madame le Maire, l’expression de mes très respectueuses salutations.

(Pièces jointes : résumé du rapport Bio-initiative par l’association Robin des Toits, document de l’ARTAC sur le SICEM, Document sur le Syndrome des micro-ondes par Next-up organisation, Résolution du Parlement Européen, Etude sur les effets du portable sur les végétaux, arrêté municipal de Bordeaux )

2. ZONE RURALE


Marine Richard
adresse provisoire de correspondance :
Chez la famille Y
La Croix
33 X

à Madame le maire de X
Mairie
33 X

X, le 11 février 2011


Chère Madame,

Vous avez peut-être remarqué il y a quelques mois l’arrivée d’une petite roulotte hippomobile dans le jardin de M. Y, à la Croix. Je viens vers vous aujourd’hui pour vous expliquer la raison de sa présence.

Ecrivain, je vis à Marseille où je suis propriétaire d’un appartement. Malheureusement, depuis quelques mois, j’ai développé un Syndrome d’Intolérance aux Champs Electro-Magnétiques (SICEM). Reconnu dès les années soixante par l’armée comme le « syndrome des micro-ondes » (voir documents joints) et également appelé EHS (ElectroHyperSensibilité), ce syndrome de plus en plus répandu au sein de la population des pays développés, implique l’apparition de symptômes handicapants pour les personnes touchées, et ce en présence de certaines fréquences, en particulier celles émises par les moyens de télécommunication sans fil (téléphonie mobile, wifi, DECT).
Le SICEM n’est pas encore reconnu en France bien que le Professeur de Médecine Environnementale Dominique Belpomme ait mis en place des moyens de le diagnostiquer de manière certaine et qu’il ait fait à ce sujet une déclaration au Sénat, accompagné par trois autres scientifiques européens de renommée internationale, au cours de laquelle il a rappelé que la réglementation française ne protège pas les citoyens et qu’il est urgent de commencer à respecter le principe de précaution dans ce domaine, notamment en ce qui concerne les enfants.
Le SICEM est reconnu par l’Organisation Mondiale de la Santé. Des pays comme la Suède, l’Allemagne et la Grande-Bretagne l’ont classé comme handicap.
Ce syndrome génère un certain nombre de perturbations physiologiques, à commencer par une baisse des défenses immunitaires, une fatigue chronique, un stress oxydatif, de violents maux de tête, des pertes de la mémoire de fixation, des éruptions cutanées... (voir documents joints), et à plus long terme, un grand nombre d’études montre qu’il peut déboucher sur des pathologies graves du cerveau ou du système nerveux, entre autres.
Contrairement à ce qu’affirment les opérateurs de téléphonie, ces risques sont avérés scientifiquement (voir résumé du rapport Bio-initiative joint). Le Parlement Européen lui-même considère les normes actuelles comme obsolètes et s’inquiète de l’impact sanitaire des technologies sans fil (résolution du 4/09/2008). Dans un tout autre registre, les assurances aussi s’inquiètent puisqu’elles excluent dorénavant les risques liés aux champs électromagnétiques.
 Etant membre de deux associations nationales qui traitent de ces questions (PRIARTEM - Pour une Réglementation des Implantations d’Antennes de la Téléphonie Mobile et Robin des Toits), je tiens à votre disposition toute la documentation scientifique internationale qui vous serait nécessaire pour vous faire une opinion personnelle et je peux vous mettre en contact avec des scientifiques spécialistes de ces questions.
Etant donné que le pays dans sont entier va très bientôt être « couvert » par la téléphonie mobile et certaines zones rurales par le wifi très haut débit (contrairement à ce qu’on pourrait croire, la campagne est souvent plus contaminée que la ville !), il est de plus en plus difficile, voire quasiment impossible, pour les personnes atteintes du SICEM de trouver des zones où se réfugier au moins temporairement pour permettre à leur organisme de se restaurer. Heureusement, des villes comme Bordeaux ont amorcé une prise de conscience et ont commencé à appliquer une réglementation plus stricte, notamment à proximité des écoles et des hôpitaux. Cependant pour les personnes déjà atteintes du SICEM, c’est malheureusement trop tard, car elles deviennent sensibles à des émissions de plus en plus faibles au cours du temps. J’ai personnellement dû abandonner mon logement depuis plusieurs mois et chercher refuge dans un grand nombre d’endroits, sans succès, les ondes étant partout trop fortes pour mon organisme.

Il se trouve qu’au moins une zone relativement protégée existe sur votre commune, dans le jardin de mes amis, la famille Y. Il ne s’agit pas d’une « zone blanche », car tout de même quelques ondes y  parviennent, mais la protection naturelle qu’offre le relief et la présence de bâti en pierre tout autour de ce petit espace sont suffisantes pour qu’au moins mon sommeil soit réparateur. C’est pourquoi mes amis ont eu la gentillesse d’accepter que j’installe là provisoirement une roulotte, où je viens de temps à autre me reposer.

Je tenais à ouvrir un dialogue sur ces questions, en premier lieu afin de me présenter, en deuxième lieu parce que je cherche à m’installer durablement dans une zone préservée où je pourrais acheter un bien et que cet endroit pourrait peut-être être votre village. Mais enfin et surtout parce qu’il me semble de mon devoir de citoyenne de vous informer, afin que dans une démarche de prévention des risques sanitaires encourus par la population (ainsi que la faune et la flore), vous disposiez des informations nécessaires au respect de la santé et du bien-être de vos administrés.

Madame le Maire, je souhaiterais vous rencontrer afin de vous proposer de visionner un film de sensibilisation à ces questions et éventuellement d’en envisager la projection publique dans votre commune. Il s’agit du film Plein Signal, dont vous pouvez voir la bande-annonce sur Internet (http://fr.fullsignalmovie.com/).

Dans l’attente de vous rencontrer, je vous prie d’agréer, Madame le Maire, l’expression de mes très respectueuses salutations.

(Pièces jointes : résumé du rapport Bio-initiative par l’association Robin des Toits, document de l’ARTAC sur le SICEM, Document sur le Syndrome des micro-ondes par Next-up organisation, audition du Professeur Le Ruz au Conseil de l’Europe, Résolution du Parlement Européen, Etude sur les effets du portable sur les végétaux.)