quatre personnes arrêtées pour essayer de venir en aide à une électrosensible

le 17 juin 2014
Le Collectif Stop Ondes Ariège interpelle depuis plus d'un an les services de la Préfecture de l'Ariège sur la situation de grande détresse d'E., une personne électrosensible très affaiblie, réfugiée à l'abri des ondes électromagnétiques artificielles en montagne, dans le plus grand dénuement.
Ces dernières semaines, le niveau d'ondes électromagnétiques ayant augmenté à l'endroit où elle avait trouvé refuge, E. a dû quitter ce lieu. Le seul endroit préservé des champs électromagnétiques qu'elle ait trouvé est un fond de vallée isolé, au bord d'un torrent. Elle y campe dans une tente, seule, épuisée, malade, et a besoin d'aide et de soins médicaux dans un environnement adapté à son handicap.
Devant cette situation humainement inacceptable d'urgence sanitaire, quatre personnes du Collectif Stop Ondes Ariège se sont rendues lundi 17 juin 2014 à la préfecture de Foix pour demander que soit  immédiatement mise à la disposition d'E. une tente militaire qui lui permette d'être au sec et en sécurité en attendant une solution plus pérenne.
Mme le Préfet a refusé de prendre en compte cette demande d'aide, pourtant également exprimée par plusieurs maires et députés, ainsi que par la famille d'E. Elle a fait intervenir la police qui a arrêté les membres du Collectif au motif qu'ils n'avaient pas rendez-vous, et les a fait conduire au commissariat pour un interrogatoire. Ils ont été relâchés dans les heures qui ont suivi.
Le collectif a alors demandé un rendez-vous en bonne et due forme. "Le service compétent apportera une réponse à votre demande, dans les meilleurs délais.", lui a-t-on répondu. Quels délais sont les meilleurs, quand on sait que la préfecture est informée de cette situation depuis longtemps ?
Cette réaction des pouvoirs publics face à une situation de grande détresse est incompréhensible. Depuis l'arrivée de la 4G et du wimax, les personnes électrosensibles, dont la pathologie est maintenant démontrée médicalement, sont des milliers. Elles sont désespérées de ne pas être entendues. Nous ne pouvons pas les abandonner à leur sort !

contact : stopondesariege@gmail.com